Auteur : emi

Ma photo
Je suis japonaise et vis en France. J'ai créé ce blog pour partager mes recettes de cuisine japonaise avec des produits qu'on trouve facilement autour de chez soi. Amusez-vous bien !

14 avr. 2019

An-donuts (beignets aux haricots azuki)






















Le mois d’avril annonce la rentrée scolaire au Japon. Un souvenir me revient soudainement à l'esprit.
Dans mon lycée il n’y avait pas de cantine. La plupart des élèves apportaient leur déjeuner de bento. Pour ceux qui n’avaient pas de bento, il y avait un boulanger qui passait tous les midis pour vendre des pains. Moi, j’avais de la chance d’avoir un bento préparé par ma mère tous les jours, mais de temps en temps, j’achetais un petit an-donut par gourmandise. Un an-donuts me coutait 30 yens, ce qui équivaut à peu près à 20 centimes d'euros. C’était très abordable pour les élèves. Comme beaucoup d'élèves les aimaient, il ne fallait pas arriver trop tard pour en avoir. Alors, avec une amie, nous demandions à la professeure de littérature traditionnelle japonaise de finir son cour 1 minute plus tôt. Aussitôt après avoir fini le salut de fin du cours, nous descendions les escaliers en courant. Cela nous faisait tellement rire que nous ne pouvions pas courir très vite !

Pour 15 donuts
120 g de farine de blé
1 c. à c. de poudre à lever
Une pince de sel
40 g de sucre
15 g de beurre moulu
1 œuf
2 c. à s. de lait
500 ml d’huile pour friture


1 c. à s. de sucre glace

150 g de Tsubu-an

Préparez le Tsubu-an en suivant ma recette.

Tamisez 2 fois le mélange de farine, de sel et de poudre à lever.
Dans un bol, mélangez bien au fouet le beurre avec le sucre (Photo 1). Ajoutez un tier de d’œuf battu et mélangez (Photo 2). Répétez encore 2 fois, puis ajoutez du lait. Faites un mélange homogène.


1
2












Ajoutez la moitié de la farine et mélangez à l’aide d’une spatule (Photo 3). Ajoutez l’autre moitié de la farine et faites une pâte homogène (Photo 4).

3
4












Divisez le Tsubu-an en 15 parts et formez-les en rondelles. Divisez la pâte en 15 à l’aide d’une cuillère. Mouillez vos mains avec de l’huile pour éviter que la pâte ne colle aux mains. Posez une boulette de Tsubu-an sur une portion de pâte (Photo 5), puis formez le tout en rondelle (Photo 6).


5
6












Chauffez de l’huile à 160 °C. Faites frire les boules de pâte en les retournant jusqu’à ce qu’elles soient dorées (Photo 7, 8). Égouttez-les et saupoudrez de sucre glace.


7
8

















17 mars 2019

Astuces Gohan 02 - Comment cuire le riz


x


















Je n’utilise pas spécialement le riz japonais pour mes préparations. Mon riz préféré reste le riz blanc de Camargue. Pour obtenir du riz collant, il faut que celui-ci soit cuit dans une casserole couverte avec une quantité d'eau moindre que celle utilisée habituellement dans la préparation occidentale. On ne rince pas la fécule avec l’eau de cuisson; elle reste collée autour du grain de riz.
La difficulté est de ne pas brûler le riz. En effet, on ne peut pas vraiment savoir ce qui se passe à l’intérieur de la casserole pendant la cuisson. Mais ne vous inquiétez pas, cela peut être évité avec une cuisson à feu doux. Pour vous donner une idée, ma plaque de cuisine à induction est graduée de 1 à 12. Je commence par 8 pour porter à ébullition, ensuite je baisse à 2 ou 3 pour la cuisson. Je maintiens ainsi à très faible ébullition.

Astuces ;
 
1. Utilisez une casserole d'une hauteur 3 fois plus grande que celle du niveau de riz que vous y mettez pour éviter le débordement.

2. Si vous n’avez pas de couvercle adapté à votre casserole, utilisez une assiette ou un multi couvercle. S’il y a des trous, recouvrez-les avec une feuille d’aluminium.

3. Ne remuez jamais le riz durant la cuisson.

4. Après 12 à 13 minutes de cuisson, soulevez légèrement le couvercle et écoutez le bruit. Si vous entendez encore de l’eau bouillir, laissez encore un peu. Si vous n'entendez plus de bruit, éteigniez le feu.

5. Après avoir éteint le feu, laissez la casserole couverte pendant 10 minutes. 


Voici la vidéo de démonstration !


24 févr. 2019

Kabu no senmai zuke (mille-feuille de navets marinés)






















« Kabu » veut dire navet et « senmai » signifie mille-feuille.
Les navets sont finement tranchés et marinés dans une marinade de vinaigre de riz sucré avec de fines lamelles de konbu (algues marines). Pour servir, j’ajoute un peu de piment rouge (un petit ou un grand) que je le laisse sécher dans mon panier de légumes.  

Au Japon, les petits plats d’accompagnement, comme ce mille-feuille de navets marinés, sont appelés « Hashi-yasume ». 
« Hashi » signifie baguettes et « yasume » signifie faire reposer. Les « Hashi-yasume » sont des petits plats rafraichissants servis entre les plats principaux. Cependant, les baguettes sont toujours utilisées pour manger les « Hashi-yasume », elles ne sont pas en repos. Il faut en fait comprendre l'expression de « faire reposer » au sens de « purifier »; on purifie les baguettes avant de passer au plat suivant.

2 navets
10 g de konbu
1 piment rouge séché

Marinade
  6 c. à s. de vinaigre de riz
  2 c. à s. de sucre
  1 c. à c. de sel

Dans un récipient, mélangez les ingrédients pour la marinade (Photo 1).

1












Tranchez les navets en fines rondelles (Photo 2). Coupez les konbus et le piment en fines lamelles avec des ciseaux (Photo 3).

2
3












Etalez quelques navets dans la marinade et posez sur ceux-ci quelques lamelles de konbu et de piment (Photo 4).
Puis, en couche supérieure, étalez à nouveau quelques navets et posez sur ceux-ci des lamelles de konbu et de piment (Photo 5). Répétez cette opération..

4
5












Collez un film étirable sur la préparation (Photo 6, 7). Laissez mariner pendant 1 heure dans un réfrigérateur.


6
7

9 févr. 2019

Gohei-mochi (brochette de riz à la sauce au miso sucrée-salée)























C’est une spécialité des régions du centre du Japon qui existe depuis l’ère Edo. Ce gâteau de riz sucré-salé est généralement servi pour un goûter d’après-midi lorsqu'on a une petite faim. « Mochi » signifie pâte gluante à base de riz. La raison pour laquelle le mot « Gohei » est employé reste un mystère. L’orthographe renvoie à un nom propre masculin. Un certain monsieur Gohei a-t-il inventé la recette ? Ou bien, comme la forme de ce gâteau ressemble à celle d'un objet religieux Shinto dont le nom se prononce également "Gohei" mais dont l'orthographe est différente, cet objet a-t-il servi de modèle pour celui-ci et lui a-t-on associé l'écriture du nom propre masculin pour le rendre plus familier?

  
Récemment, le « Gohei-mochi » est devenu très tendance au Japon grâce à une série télévisée intitulée « Moitié bleu ! ». C’est l'histoire d’une fille dont l'une des oreilles est devenue sourde à la suite d’une maladie. Sa famille tient un restaurant dans la préfecture de Gifu et son grand-père prépare du « Gohei-mochi » pour les clients. Lorsqu’elle retourne chez sa famille après avoir vécu quelques années à Tokyo, elle hérite de la recette de son grand-père et commence à vendre ses « Gohei-mochi » dans le quartier de son enfance. Malheureusement je ne me suis pas abonnée à la chaine japonaise qui diffuse cette série, mais j’ai pu la regarder en partie sur l'internet. Cette petite partie était suffisante pour me donner envie de manger, comme l'héroïne, des « Gohei-mochi » !

Pour ce gâteau, on utilise du riz blanc rond comme pour les sushis. Une cuisson aldenté est recommandée. On fait cuire le riz avec un peu moins d’eau que d’habitude. Sinon vous pouvez bien sûr utiliser le riz cuit qui vous reste d’un précèdent repas. Dans ce cas, réchauffez-le au micro-ondes avant de l’écraser.

Pour 6 parts
200 ml de riz blanc rond
200 ml d’eau douce

20 g de noix
1 c. à s. de sésame

Pour la sauce
  50 ml de vin blanc ou d’eau
  2 c. à s. de miso
  2 c. à s. de sucre
 1/2 c. à c. de sauce soja

Préparez le riz. Lavez le riz en consultant mon article Comment laver le riz (Photo 1). Laissez égoutter pendant 2 minutes. Mettez le riz dans une casserole. Versez l’eau et laissez tremper pendant une demi-heure.
Après le trempage, portez à ébullition sur feu vif. Aussitôt après l’ébullition, réduisez le feu et couvrez la casserole. Faites cuire pendant 15 minutes à feu doux. Retirez la casserole du feu, laissez couvert et laissez reposer pendant 10 minutes (Photo 2).

1
2














Mettez le riz dans un bol, et écrasez-le à l’aide d’un rouleau à pâtisserie (Photo 3). Divisez les riz en 6 et faites des boulettes. Piquez le bâton et taillez en forme d’ovale (Photo 4, 5, 6).


3
4
5
6



























Faites griller les graines de sésame et les noix (Photo 8). Mettez les graines de sésame dans un mortier et écrasez-les (Photo 7). Ajoutez les noix et écrasez-les (Photo 8, 9).


7
8
9



























Dans une casserole, versez les ingrédients pour la sauce et portez à ébullition (Photo 10). Retirez du feu et ajoutez les sésames et les noix. Mélangez le tout (Photo 11).

10
11














Placez les brochettes de riz sur la plaque pour le four (Photo 12), couvrez les bâtons avec une feuille d’aluminium pour qu'ils ne soient pas brulés (Photo 13). Faites-les griller pendant 5 minutes de chaque côté.
Tartinez la sauce sur une face de riz et faites griller 1 minute (Photo 14).


12
13
14

27 janv. 2019

Sakana no nitsuke (poisson mijoté à la sauce soja)






















« Sakana » signifie poisson et « Nitsuke » signfie mijoté à la sauce soja.
Les japonais sont connus comme de grands consommateurs de poissons. Le pays est composé de nombreuses iles, cernées par plusieurs mers et un océan, constituées de montagnes traversées par une multitude de rivières. Naturellement, la pêche, depuis bien longtemps, est l'une des plus importantes activités au Japon. Il existe de nombreuses façons de préparer les poissons, adaptées à leurs goûts et à leurs formes et bien sûr à la saison.
Les poissons que l’on utilise pour le « Nitsuke » sont souvent la daurade, le turbot, la morue (crue) et le grondin. Pour qu’ils conservent leur forme à la cuisson, on laisse la peau et les arêtes.

Apparemment, à notre époque, la consommation de poisson, notamment de poissons avec la peau et les arêtes, continue de diminuer au Japon. Les gens préfèrent les pavés ou les sashimis qui demandent moins de temps à préparer et qui sont plus facile à manger. Je le vérifie moi-même au quotidien; j’ai moi aussi tendance à choisir les choses les plus pratiques. Mais quelquefois, c’est un plaisir de prendre le temps pour préparer un bon plat comme celui-ci. Et à chaque fois je suis en plein bonheur, je me régale !

Pour 2 daurades

2 daurades vidées et écaillées
20 g de gingembre

Sauce
2 c. à s. de sauce soja
1,5 c. à s. de sucre
50 ml de vin blanc
100 ml d’eau 


Préparez les daurades. Pratiquez 2 entailles dans la chair de chaque côté (Photo 1). Portez l’eau à ébullition dans une grande casserole. Dans un grand bol, mettez de l’eau froide. Lorsque l’eau bout, éteignez le feu et plongez une daurade. Ressortez-la aussitôt, égouttez-la et plongez-la dans le bol d’eau froide et laissez refroidir. Egouttez-la bien. Répétez la même procédure pour la deuxième daurade. Coupez le gingembre en rondelles (Photo 2).


1
2















Dans une poêle, versez les ingrédients pour la sauce et portez à ébullition. En attendant, préparez l’Otoshibuta. Coupez une feuille de papier de cuisson en carré, un peu plus grand que la taille de la poêle. Pliez-la en quatre et faites un trou au milieu (Photo 3). Mettez les gingembres et posez les daurades (Photo 4). Ajoutez de l’eau jusqu’à la moitié de l’épaisseur des daurades et portez à nouveau à ébullition (Photo 5). Couvrez avec l’Otoshibuta et faites cuire pendant 15 minutes à feu moyen (Photo 6). Servez-les avec la sauce.

3
4
5
6
























* Je n’avais pas réussi la première prise de la photo n°6, alors je l’ai refaite avec de fausses daurades en aluminium car entre temps j'avais déjà mangé les vraies !!!

30 déc. 2018

Okonomiyaki (galette de chou à la japonaise)























L'« Okonomiyaki » est une galette faite à base de chou accommodé de divers ingrédients choisis selon ses préférences. Chaque région et chaque famille a sa propre recette d’Okonomiyaki : avec de la poitrine de porc, des fruits de mer ou des nouilles ! Même chose pour la sauce: il existe des sauces okonomiyaki que l’on trouve dans le commerce, ou bien que l'on peut fabriquer soi-même, comme pour moi et ma sœur, en mélangeant de la sauce soja, du ketchup et de la mayonnaise. Il n’y a aucune règle pour ce plat, on fait comme on aime; voila ce que ça veut dire « Okonomi » !

Chez moi au Japon, ma mère préparait ce plat sur une plancha posée au milieu de la table. Deux galettes de tailles moyennes pour moi et ma sœur et une grande pour mon père. Ma mère préférait cuire sa part après les nôtres. Le bruit et l’odeur de la cuisson aiguisaient notre appétit, et moi et ma sœur nous battions pour préparer la sauce. Quand c’était cuit on tartinait de sauce abondement et on se régalait. Quand on en finissait la moitié, notre mère nous demandait alors "vous-en voulez une deuxième ?" La réponse était évidemment : "Oui ! "   

Pour 2 parts

200 g de chou
50 g de jambon
50 g de fromage emmental
1 œuf
1 boute de ciboulette
1 c. à s d’huile

100 g de farine
150 ml d’eau

Pour la sauce
  100 ml d’eau
  1 c. à s. de concentré de tomate
  2 c. à s. de sauce soja
  1 c. à s. de miel
  1/2 c. à c. de poivre

Préparez la sauce. Dans une casserole, mettez tous les ingrédients pour la sauce et faites cuire pendant 10 minutes à feu doux jusqu’à l’obtention d'une texture onctueuse (Photo 1). Mettez-la de côté.

1














Préparez la pâte. Dans un grand bol, faites le mélange de la farine avec l’eau (Photo 2, 3).


2
3















Coupez le chou, le jambon et le fromage en dés de 1 cm (Photo 4). Mettez-les dans le bol qui contient la pâte, ajoutez un œuf. Mélangez le tout (Photo 5, 6).

4
5
6




























Chauffez de l’huile sur une poêle. Versez la pâte et faites cuire pendant 2 minute à feu moyen (Photo 7). Réduisez le feu et couvrez la poêle avec un film d’aluminium (Photo 8). Faites cuire pendant 10 minutes jusqu’à ce que la surface de la pâte soit sèche. Pendant la cuisson, émincez les ciboulettes.

7
8














Retournez la galette à l’aide d’une assiette (Photo 9). Faites cuire pendant 8 minutes (Photo 10). Tartinez de sauce et parsemez les ciboulettes. Servez-la chaude.


9
10