Auteur : emi

Ma photo
Je suis japonaise et vis en France. J'ai créé ce blog pour partager mes recettes de cuisine japonaise avec des produits qu'on trouve facilement autour de chez soi. Amusez-vous bien !

8 févr. 2020

Oshiruko (soupe de haricot azuki avec des mochis)

« Oshiruko » désigne une soupe sucrée faite avec des haricots azuki et des petites boulettes de riz gluant « Mochi ». Ce plat est assez consistant. Il est servi en goûter plutôt qu’en dessert. Les mochi peuvent être grillés avant d’être mis dans la soupe. La soupe est préparée de la même manière que la pâte d’haricots azuki (Tsubu-An) mais la texture reste liquide. On peut régler l’épaisseur et la texture de la pâte en changeant sa durée de cuisson.

Au Japon, cette soupe est également consommée comme une boisson sans ajouter de mochi. Elle est présentée sous forme de canette vendue dans les distributeurs de boissons. On peut la consommer telle qu’elle ou bien la faire chauffer. Mon père aimait beaucoup cette boisson sucrée en canette.

Lors de ma dernière année de collège, je prenais des cours de préparation aux examens pour entrer au lycée : 2 heures de cours 3 fois par semaine le soir dans une école privée. On avait baptisé ma génération « le second baby-boom ». Le nombre des naissances s’élevait à plus de 2 millions d’enfants par an. La vie des élèves était très compétitive. Il fallait faire plus d’efforts que les autres pour obtenir l’avenir souhaité. Personnellement, je ne me rendais pas bien compte de la situation à l’époque. J’aimais apprendre dans ces cours avec des professeurs plus dynamiques que ceux de mon collège et j’appréciais de faire des progrès.
Les cours finissaient vers 21 heures. Mon père m’attendait à la sortie de l’école dans la voiture en buvant la boisson de haricots azuki.
« Encore l’Oshiruko ?! » ; je lui disais cela à chaque fois que je montais dans la voiture. Il confirmait en penchant la tête et tournait le moteur de la voiture.

J’ai réussi aux examens, je pouvais entrer dans le lycée que je souhaitais. Mais je me demande seulement maintenant si j'avais remercié à mon pere de son service.

Pour 4 personnes
200 g d’azuki
170 g de sucre
1,5 l d’eau douce
(A) 100 g de farine de riz
(A) 100 g de tofu soyeux
(A) 1 c. à s. de miel

Préparez la soupe d’azuki. Rincez les azuki. Dans une casserole, mettez les azuki et versez 500 ml d’eau (Photo 1). Placez-la sur feu vif. Lorsque l’eau bout, retirez la casserole du feu et égouttez les azuki (Photo 2).


1
2















Remettez les azuki dans la casserole et versez 1 litre d’eau. Placez-la sur feu vif jusqu’à ébullition, puis réduisez le feu. Mettez le couvercle en coinçant une cuillère de manière à ce que la vapeur puisse s’évacuer (Photo 3). Faites cuire pendant 45 minutes à feu doux jusqu’à ce que les azuki soient cuits.

3














Egouttez les azuki en gardant l’eau de cuisson (Photo 4) et remettez-les dans la casserole. Ajoutez le sucre (Photo 5), puis faites cuire à feu vif pendant 3 minutes en remuant très soigneusement (Photo 6). Versez l’eau de cuisson et faites cuire pendant 5 minutes (Photo 7).


4
5
6
7



























Préparez les boulettes de mochi. Dans un saladier, mettez les ingrédients (A) et pétrissez la pâte jusqu’à obtention d’une boule lisse (Photo 9). Enveloppez-la avec un film étirable pour qu’elle ne soit pas déshydratée et laissez reposer pendant 10 minutes (Photo 10). Divisez la pâte en 20 et roulez les morceaux en forme de boule plate (Photo 11).
Dans une casserole, faites cuire l’eau jusqu’à ébullition. Lorsque l’eau bout, faites cuire les boulettes pendant 10 minutes à feu moyen. Egouttez-les dans un saladier avec de l’eau froide (Photo 12). Laissez-les refroidir et égouttez-les.


9
10
11
12



























Mettez les boulettes dans la soupe d’azuki et réchauffez-les (Photo 13). Servez chaud dans des bols individuels.

13


Aucun commentaire:

Publier un commentaire