Auteur : emi

Ma photo
Je suis japonaise et vis en France. J'ai créé ce blog pour partager mes recettes de cuisine japonaise avec des produits qu'on trouve facilement autour de chez soi. Amusez-vous bien !

3 juil. 2020

Udon froid au haricot de mer à la sauce d’uméboshi (nouilles de blé froid au haricot de mer à la sauce de prune salée)

























C’est un plat de nouilles udon froides garnis d’haricots de mer. Sa sauce d’umeboshi rend ce plat légèrement acide. Un œuf poché complète la valeur nutritionnelle du plat pour vous permettre de rester en bonne forme.
Les udon sont des sortes de nouilles japonaises assez épaisses. Elles sont préparées avec de la farine de blé tendre, de l’eau et du sel. La pâte doit être malaxée jusqu'à ce qu'elle soit bien ferme pour apporter aux nouilles une texture élastique lors de la cuisson. Ma mère est originaire de Shikoku, région célèbre pour ses udon. Elle me racontait qu’elle s’occupait de malaxer la pâte d’udon quand elle était petite. Elle marchait sur la pâte pendant une bonne heure afin d’obtenir des nouilles bien élastiques. Apparemment, les gens de cette région prennent un bol d’udon pour le goûter ainsi que pour les repas. Il existe beaucoup de restaurants d’udon de style fastfood et on peut même commander un bol d’udon dans les cafés. C’est un plat typique de la région.
L'acide citrique contenu dans les umeboshi a pour fonction de supprimer l'acide lactique qui provoque de la fatigue. Au Japon, on recommande de consommer un umeboshi par jour pour se maintenir en bonne santé.



Pour 4 parts (30 minutes)
30 g de haricots de mer déshydratés
1 l d’eau douce
400 g d’udon
40 g de graines germées
4 œufs de température ambiante
(A) 1 l d’eau
(A) 4 c. à s. de vinaigre d’alcool
4 umeboshis
2 c. à s. de sésame blanc
2 c. à s. de sauce soja

Préparez de l’eau froide dans un grand saladier et mettez-le de côté. Faites cuire les nouilles udon en suivant la recette sur le sachet. Lorsqu’elles sont cuites, égouttes-les, et plongez-les aussitôt dans le saladier d’eau froide (Photo 1). Rincez-les et égouttez. Mettez-les dans un réfrigérateur.


1














Préparez des œufs pochés. Dans un bol, versez de l’eau froide et mettez-le de côté. Cassez un œuf dans un bol. Dans une casserole, mettez les ingrédients (A) et portez à ébullition. Lorsque l’eau bout, faites tourner l’eau à l’aide d’un fouet. Versez l’œufs et faites cuire pendant 3 à 4 minutes. Avec une écumoire, plongez l’œuf dans le bol avec de l'eau et laissez reposer pendant 1 minute (Photo 2). Égouttez sur un linge. Répétez l’opération pour les 3 autres œufs.

2














Dans un saladier, versez 1 l d’eau douce avec les haricots de mer. Laissez-les ramollir pendant le temps indiqué sur le produit (Photo 3). Conservez l’eau et égouttez les haricots.

3















Préparez la sauce. Dénoyautez les umeboshis et réduisez-les en purée à l‘aide d’un couteau (Photo 4). Grillez les graines de sésame. Mettez-les dans un mortier et écrasez-les (Photo 5). Dans l’eau de trempage des haricots de mer, ajoutez la sauce soja, les graines de sésame et la purée d’umeboshis. Mélangez le tout (Photo 6).
Dans des assiettes de service, disposez les udon et les garnitures et versez la sauce.
4
5
6






























15 juin 2020

Ajisai Mizuyokan (gelée de fèves blanches à l’hortensia)
























Ajisai signifie hortensia. Mizuyokan est une pâtisserie traditionnelle japonaise. Il s’agit d’une gelée de pâte d’haricots azuki allégée à l’eau. Cette pâtisserie froide est souvent servie en été et décorée avec une feuille d’hortensia.
Pour mon Ajisai Mizuyokan, j’ai utilisé des fèves blanches décortiquées à la place des haricots azuki pour obtenir une texture lisse. Pour imiter les fleurs d’hortensia, je l’ai décoré avec de la gelée de jus de myrtille.

L’hortensia est une plante originaire du Japon, elle fut importée en Europe au 19 -ème siècle par un médecin allemand, le Docteur Siebolt. Le Dr. Siebolt arriva au Japon en 1823, pendant la période du Sakoku ; la fermeture du pays. Il avait triché sur sa nationalité pour passer la douane japonaise en faisant croire qu’il était hollandais. Les Pays-Bas était le seul pays d’occident auquel le japon a ouvert ses portes pendant plus de 200 ans. Il a vécu 6 ans à Nagasaki dans l’ile de Kyushu. En enseignant la médecine occidentale aux japonais, il collectait des milliers de plantes japonaises et les cultivait dans son jardin botanique. Pendant son séjour au japon, il était accompagné d’une japonaise ; Otaki-san, et ils avaient une fille. Le nom d’Hydrangea otaksa qu’il a donné à une nouvelle sorte d’hortensia qu'il a découverte vient du nom de sa compagne.   

A quoi pensait-il en regardant ces jolies fleurs après son retour en Allemagne ?
A pleins de beaux souvenirs, j’espère :-)


Pour 4 parts (temps : 1h de préparation et 3h de repos au frais)
100 g de fèves blanches décortiquées
400 ml d’eau douce
(A) 80 g de sucre
(A) 1 c. à c. d’agar-agar
(B) 250 ml de jus de myrtille
(B) 1/2 c. à c. d’agar-agar
Quelques myrtilles pour la décoration

Rincer les fèves (Photo 1). Dans une casserole, faites-les cuire avec 400 ml d’eau à feu doux pendant 40 minutes, en ajoutant de l’eau si nécessaire. Lorsque les fèves sont bien cuites, retirez-les du feu (Photo 2).


1
2
Dans un mixeur, mettez les fèves avec les ingrédients (A) et ajoutez de l’eau pour que le total du volume soit de 600 ml (Photo 3). Mixez-les jusqu’à obtention d'une texture de purée. Remettez la purée de fèves dans la casserole et placez-la sur un feu moyen. Tout en remuant, laissez frémir pendant 2 minutes. Retirez-la du feu et mettez le contenu dans les coupes (Photo 4). Laissez refroidir dans un réfrigérateur pendant 3 heures.


3
4













Dans une casserole, mettez les ingrédients (B). Placez-la sur un feu moyen. Tout en remuant, laissez frémir pendant 2 minutes. Dans les récipients, versez la préparation à hauteur d’un centimètre à peu près (Photo 5). Laissez-les refroidir pendant 3 heures, puis découpez-les en dés d’un centimètre (Photo 6).


5
6














Garnissez les gelées de fèves avec des gelées de myrtille et des fruits de myrtille (Photo 7).


7
















29 mai 2020

Salade de tata Pun-chan (salade de pommes de terre de ma tante)
























Cette recette est inspirée de la salade de pommes de terre de ma tante Haruko surnommée « tata Pun-chan ».
Le mari de ma tante était américain. Chez eux, il y avait un tas de choses qui venait d’Amérique : un grand four, un grand réfrigérateur et un rocking-chair. Il était encore très rare de trouver ces choses chez les familles japonaises dans les années 70. Ma tante n’était pas une grande cuisinière, mais elle préparait des plats que je n’avais jamais gouté à l’époque : un gâteau au citron, un punch aux fruits et des cookies aux chocolats. La présentation de ces plats était originale ; colorés et joyeux, ils étaient très attirants aux yeux d’une fille de 5, 6 ans.
Sa salade de pommes de terre était garnie de jaunes d’œufs et de poudre de poivron rouge. Je connaissais déjà la salade de pommes de terre, mais quand ma tante me servit sa salade de pommes de terre pour la première fois, j’étais tellement impressionnée par la présentation que je ne reconnaissais plus le goût de la salade.

La salade de pommes de terre est un des accompagnements de plats très populaire au Japon. En général, elle est composée de pommes de terre, de concombres, d’oignons et de carottes assaisonnées avec de la mayonnaise. Les ingrédients peuvent être personnalisés selon la préférence ; ma tante n’aimait pas le concombre. Je ne suis pas très fan de mayonnaise, je la remplace par ma sauce au yaourt.
Pour la préparation de pommes de terre, j’utilise la façon de « Kofuki-imo » : après avoir égoutté les pommes de terre, on les recuit en secouant la casserole afin d’obtenir des pommes de terre farineuses.    

Malheureusement ma tata Pun-chan nous a quitté il y a 2 ans et demi. Je me souviens toujours du jour où, étant petite, elle m’avait amené au parc près du port de Yokohama. Nous avions pris le métro pour nous y rendre. Dans le parc nous avions dessiné des fleurs ensemble. C’était un beau jour du mois de mai.

Pour 4 parts (temps : 40 minutes)
500 g de pomme de terre
50 g de carotte (soit 1/2 carotte taille moyen)
1/2 oignon
2 œufs
(A) 1/3 concombre
(A) 1 c. à c. de sel
(B) 1 c. à s. de yaourt
(B) 1 c. à c. d’huile végétale
(B) 1 c. à c. de jus de citron
(B) 1/2 c. à c. de sel
(B) poivre
Poudre de paprika rouge ou poudre de piment doux d’Espagne

Épluchez les légumes. Découpez les pommes de terre. Émincez finement la carotte et l’oignon (Photo 1). Préparez les œufs durs. Séparez les parties blanches et coupez-les-en dès (Photo 2).

1
2














Dans une casserole, faites cuire les carottes et les oignons séparément dans l’eau bouillante (Photo 3, 4). Égouttez-les, puis laissez refroidir.

3
4














Dans une casserole, faites cuire les pommes de terre dans l’eau bouillante (Photo 5). Égouttez les pommes de terre et remettez-les dans la casserole (Photo 6). Placez la casserole sur feu doux. Mettez le couvercle et secouez la casserole pour que les pommes de terre tournent dedans (Photo 7). Vous pouvez aussi les tourner à l’aide d’une spatule. Lorsque la surface de pommes de terre devient farineuse, retirez la casserole du feu (Photo 8). Laissez-les refroidir.

5
6
7
8



























Émincez le concombre. Dans un bol, mettez les concombres avec du sel (A). Mélangez-les à la main et laissez pendant 5 minutes (Photo 9). Égouttez-les bien à l’aide d’un torchon (Photo 10).

9
10














Faites un mélange des ingrédients (B). Dans un saladier, mettez les légumes et les blancs d’œufs. Ajoutez la sauce yaourt (Photo 11), et mélangez le tout (Photo 12).

11
12














Mettez-le tout dans un plat pour servir. Couvrez-le avec les jaunes œufs à l’aide d’une passoire (Photo 13). Parsemez la poudre de paprika rouge (Photo 14).

13
14

















4 mai 2020

Harajuku crêpe (crêpe en corné aux fruits et à la crème chantilly)























Harajuku est un petit quartier moderne de Tokyo. On y trouve beaucoup de magasins de vêtements, de chaussures et de jouets qui attirent les jeunes japonais. Ce lieu est aussi connu pour ses crêpes en forme de corné, garnies avec des fruits et de la crème chantilly. Ce style de crêpe a été inventé il y a près de 45 ans par un chef cuisinier d’un café d’Harajuku. Depuis, beaucoup de crêperies se sont installées dans ce quartier. Les adolescents de toutes les régions du Japon rêvent de venir à Harajuku pour déguster cette fameuse crêpe en marchant dans les rues.
J’étais moi-même une de ces adolescents qui rêvaient de s’y rendre. Je me souviens toujours de ma première visite à Harajuku avec une camarade de l’école lorsque j’avais 14 ans. En descendant du train à la station d’Harajuku, le quai était déjà bondé de jeunes en costumes remarquablement modernes. Je me sentais mal à l’aise d’être habillée de façon banale. J’avais perdu mon sens habituel de la mesure lors de mes achats et j’avais acheté une paire de chaussures noires avec des semelles très épaisses, comme celles de Mickey Mouse. Au bout de la rue, nous nous étions arrêtées pour déguster la fameuse crêpe. J’avais déjà choisi le parfum avant de venir. J’avais pris une crêpe aux bananes et au chocolat. J’essayais de la manger le plus élégamment possible mais ce n’était pas facile avec la crème chantilly qui ne cessait de coller sur mes joues.
En général, les crêpes sont préparées au Japon avec de la farine de blé. Cette fois-ci, j’en ai préparé avec de la farine de riz qui est plus facile à trouver près de chez moi en ce moment. Je trouve qu’elle donne une texture un peu plus molle que la crêpe avec de la farine de blé mais elle est très bonne. J’avais envie de me lâcher pour un goûter bien calorique. On l’a bien mérité après 6 semaines du confinement, n’est-ce pas ?!              

Pour 6 crêpes (temps 1h15)
(A) 125 g de farine de riz
(A) 1 pincée de sel
(A) 2 œufs
(A) 250 ml de lait
(A) 25g de beurre fondu
(A) 100 ml d’eau
Huile végétale pour la cuisson de crêpes.
(B) 250 ml de crème entière liquide
(B) 25g de sucre
6 petites boules de glace
6 fraises
1 grosse banane
2 kiwis
3 c. à s. de framboises
3 c. à s. de myrtilles
6 feuilles de menthes
Chocolat râpé
Sirop de caramel
6 feuilles de papier

Dans un bol, faites un mélange avec les ingrédients (A). Laissez reposer le mélange pendant au moins une demi-heure au réfrigérateur. Faites cuire les crêpes (Photo 1). Découpez les fruits (Photo 2). Préparez la crème chantilly avec les ingrédients (B) et mettez-la dans une poche à douille (Photo 3). Préparez les pots de glaces (Photo 4).

3
4




























Sur une crêpe, pochez la crème chantilly (Photo 5). Nappez de sirop de caramel et parsemez de chocolat râpé (Photo 6). Placez les morceaux de bananes et les kiwis (Photo 7), puis posez une boule de glace (Photo 8).

5
6
7
8




























Pliez la crêpe en deux et roulez-la en forme de corné (Photo 9, 10, 11). Garnissez-la avec la crème, des fraises et une feuille de menthe (Photo 12).

9
10
11
12



























Faites la même préparation avec des framboises et des myrtilles (Photo 13, 14).

13
14















Enveloppez la crêpe avec une feuille de papier (Photo 15).
15